PrésentationLes intervenantsLes ateliers – Teaser officielAftermovie officielAlbums Photos

Présentation

L’édition 2019 fut la troisième édition du festival. Elle s’est déroulée du 12 au 15 juillet 2018 à Riom et a réussi le pari de réunir plus de 300 improvisateurs de France, de Belgique, de Suisse, de la Ruénion et d’Amérique du Sud. Cette troisième édition a été marquée par une ouverture des ateliers sur des domaines artistiques étendus propices à l’improvisation, comme la danse et le rap.

Autre événement marquant, le Banquet, spectacle du samedi soir en plein air orchestré par la compagie La Morsure.

Pour l’anecdote, le festival restea dans les annales puisqu’il s’est clôturé de la plus belle des manières, par la diffusion de la finale de la Coupe du Monde et le sacre de la France.

Les intervenants

Les ateliers

Exploration

1. Je me danse avec toi (Florence Loison)

Sensible au texte, aux arts plastiques, la vidéo et la musique, je suis une danseuse qui travaille régulièrement avec des artistes d’autres disciplines pour déplier ma propre écriture. Celle-ci s’exprime autant au plateau qu’en performance in-situ ou improvisation. Depuis 2016, je noue une relation privilégiée avec La Morsure, compagnie bicéphale de Marie Parent et Christophe Lecheviller à Rennes. Ensemble, nous explorons les frontières entre mouvement et paroles dans l’improvisation et ils m’ont donné l’opportunité à plusieurs reprises d’approfondir l’accès au geste dansé pour des comédiens improvisateurs. A partir de fondamentaux techniques de la danse contemporaine, je propose de vous saisir de votre auteur chorégraphique. En travaillant sur le poids, le rapport à l’espace, les qualités du mouvement, la relation à l’autre, chacun dessinera “sa prise de parole dansée”. Où commencerait sa propre danse, quelle est-elle et quels en sont les moteurs? Une exploration de différentes techniques d’improvisation en danse permettra de ciseler un nouveau langage personnel dans un contexte d’improvisation collective. Des outils de composition spontanée aideront à placer le geste dansé au coeur de la présence corporelle de l’acteur. Et si la réponse à la question ou à la situation était dansée?

2. Impro Rap (Youri Ortelli)

Pour les MCs de toujours, les amateurs de catégories musicales ou les simples curieux. Les objectifs de ce stage sont :

  • -faciliter le lâcher prise en chant improvisé
  • donner des outils permettant de prendre du plaisir en rap tout en sortant du cliché « gangsta »
  • rendre accessible son propre univers poétique à travers la musicalité
  • découvrir ou étoffer sa technique en chant-rap-slam-poésie

3. Découverte de la comédie musicale improvisée (Antoine Lefort, Thierry Bilisko)

Comment improviser une vraie comédie musicale ? Comment construire un numéro d’ensemble convaincant ? Comment bouger, rimer, composer une chanson efficace à partir d’un seul mot ? Quels sont les moments et chansons clés d’une comédie musicale ? Ces deux journées de cours tenteront d’apporter des outils clairs et précis aux participants, forgés par l’expérience de la troupe NEW, la comédie musicale improvisée. Tout au long de ce week-end intensif de découverte, nous aborderons :

  • la technique vocale,
  • la polyphonie,
  • la structure de chansons,
  • les rimes et les paroles,
  • la danse et la chorégraphie,
  • le storytelling improvisé

Embarquez pour un voyage dans le monde jubilatoire et excitant de la comédie musicale improvisée !

4. Silence, on joue ! Burlesque et physicalité au service de l’impro (Franck Buzz)

Inspirons-nous des grands maitres burlesques des films en noir et blanc (Buster Keaton, Charlie Chaplin…) pour jouer des situations tellement simples et pourtant tellement drôles. Avant de parler, il y a déjà beaucoup à jouer : un mouvement, un geste, un regard, une respiration, un contact. Nos corps en disent déjà beaucoup. Apprécions notre réel pouvoir comique au travers des intentions et des attitudes de nos personnages. En s’appuyant sur son expérience en théâtre physique et clownesque, Franck vous guidera à travers des exercices simples pour vous aider à être plus conscient de votre physicalité et utiliser le pouvoir de votre corps avant celui des mots.

5. Percussions corporelles en mouvement (Aurélie Pirrera)

Viens explorer le langage de la musique produite par le corps, grâce à une approche ludique qui permet de découvrir ses possibilités sonores (voix, chant, percussions corporelles et vocales). Polyrythmie, polyphonie, coordination, musique en mouvement, écoute/répétition et prises d’initiatives seront au rendez-vous. Faisons de la musique à voir…

19. Musique & chansons improvisées (Antoine Lefort)

Comment improviser une chanson bien structurée qui ressemble à un tube ? Comment accompagner et communiquer efficacement sur scène avec des improvisateurs comédiens chanteurs ? Comment construire un arrangement musical à plusieurs musiciens qui « sonne pro » en direct ? Quelle est la différence entre une chanson pop et une chanson de comédie musicale ? Comment accompagner musicalement une scène de théâtre improvisé, à la manière de la musique de film ? Fort de son expérience de directeur musical de NEW, la comédie musicale improvisée et d’orchestrateur symphonique formé auprès d’un maître de Broadway (Larry Blank), Antoine Lefort propose un ensemble d’outils et de techniques concrets afin de réussir à créer spontanément de véritables chansons et des « underscores » pertinents. On pourra partir d’un simple motif mélodique, d’un style musical, d’une situation de jeu, d’une émotion ou encore d’un mot pour développer et produire notre oeuvre éphémère.

Le stage « Musique et chansons improvisées » est destiné :

  • Aux musiciens accompagnateurs de spectacles d’improvisation théâtrale,
  • A tous les musiciens intéressés par les interactions entre la narration et la musique,
  • A tous les improvisateurs, comédiens et chanteurs.

20. TransMask (Mark Jane)

L’expérience du masque aide les comédiens à ouvrir une porte en eux qui leur donne accès à un jeu de scène plus libre en termes d’expression et de spontanéité, et qui les force toujours à travailler dans l’instant présent. Ce travail de masque développe aussi la notion d’un autre « soi », un personnage qui n’est pas vous, même si vous en êtes son moteur. Le stage est basé sur les techniques de Trance Mask de Keith Johnstone.

Création et Longue forme

6. Impro, politique et faits de société (Laurent Maze)

Pourquoi devrait- on se priver de traiter de sujets politiques et de faits de société quand on improvise ? Qu’est-ce qui nous l’interdit ? Jouer dans l’Ici et le Maintenant, n’est-ce pas déjà parler du Monde qui nous entoure ? A l’heure où le divertissement/ entertainment règne en maître dans notre ère (post)consumériste, où on voudrait nous faire croire que nous avons déjà atteint la « Fin de l’Histoire », pour reprendre la formule choc du chercheur en sciences politiques Francis Fukuyama, où toutes les idées et comportements humains devraient fusionner en un unique désir d’acheter et de se divertir, l’improvisation théâtrale, comme art à part entière pas encore reconnu à sa juste valeur, a de l’or entre les mains mais ne le sait pas encore, ou l’oublie souvent. Parce que l’improvisation est un éternel recommencement, parce qu’on peut effacer l’ardoise d’un coup de chiffon et tout refaire le lendemain, l’improvisateur/trice devrait presque se faire un devoir d’injecter constamment du réel dans la fiction improvisée. Quand on dit « réel », on n’entend pas seulement incarner des personnages crédibles, profonds, on entend aussi créer des personnages en tant que sujets politiques, représentant des classes sociales, aux contours finement tracés. Ainsi, on ne jouera pas les préoccupations d’un citadin comme celles d’un néo-rural loin de tout et en butte à l’angoisse de la précarité, pour ne prendre que cet exemple. Incarner du « réel », c’est aussi incarner ce qui a existé, le passé, autant que possible, sans avoir une ambition démesurée d’historien, mais avec une ambition d’improvisateurs exigeants qui contextualisent tout ce qu’ils jouent. Ce stage verra la création spontanée de personnages avec des opinions politiques, de situations mettant en avant des tensions sociales, du repas de famille aux bousculades dans les transports en commun. L’idée n’est pas d’être nécessairement tragique ou sérieux et il faudra à tout prix éviter le didactisme. L’idée est de sortir l’improvisation, par le biais du politique et du social, du statut de simple objet de divertissement.

7. et 8. Le Banquet (Marie Parent, Christophe Le Chevillier)

Le banquet est un spectacle immersif pour le spectateur, mais aussi pour l’acteur. Pendant 4h, les personnages de cette étrange famille se retrouvent pour fêter l’amour. Les 10 ans de mariage de Philippe et L. Pendant 4h, le spectateur vit à côté des comédiens. Il mange, boit, rit, danse, et devient partie intégrante du spectacle. Dans le Banquet tout est improvisé, et tout est écrit. Mais comment se préparer à incarner un personnage pendant si longtemps. Commet trouver des rebondissements, des idées, vivre ? Ce Workshop se déroulera en 2 parties animée conjointement et séparément par Marie Parent et Christophe Le Cheviller. Dans un premier temps, nous aborderons la préparation au spectacle en tant que tel. Nous travaillerons sur la création de votre personnage. Le jeu “close up”, au plus près et au plus juste et sincère. L’écriture dramaturgique de votre personnage, ou comment suivre une trame pour développer ses enjeux lors du spectacle. Nous utiliseront la deuxième partie du stage (l’après banquet), pour vous faire vivre d’autres aspects de notre travail, autour d’expériences artistiques immersives. Ce stage n’est pas une formation. C’est une expérience puissante et singulière. L’objectif ne sera pas d’apprendre comment jouer ou de développer de nouveaux outils. L’objectif sera d’utiliser ceux que vous possédez déjà pour les mettre au service d’un spectacle : “Le Banquet”. Il est nécessaire pour cette expérience d’être convaincu par la démarche et très motivé car le spectacle sera joué le 14 juillet au soir, au milieu de 300 personnes, dont certain formateurs en tant que partenaires de jeu.

21. Huis Clos (Laurent Maze)

Le huis clos, dont l’action se déroule en un lieu unique dont les personnages ne peuvent sortir, met en jeu des compétences d’écoute, de présence, de texte et de théâtralité de haut niveau pour les improvisateurs et improvisatrices. Le huis-clos improvisé s’appuie en effet sur 2 axes distincts : un présent scénique fixe, qui ne change pas de décor ni de scène, ainsi qu’une contextualisation du passé et d’un présent autour de la scène fixe, riche par le texte et les relations entre personnages. L’écriture du huis clos improvisé vient se nicher dans ce subtil équilibre entre actions concrètes dans le présent scénique et contextualisation. Ainsi nous travaillerons la présence sur le plateau, l’espace sur le plateau, le texte ou les silences, porteurs de récit et de relations, la moindre action entreprise comme véritable signifiant dramaturgique et l’écriture du huis clos improvisé en toile de fond, véritable sous-texte qu’il faut écouter sans brusquer ni sur-signifier. Ainsi, le huis clos improvisé doit pouvoir se déployer dans la puissance de son économie

Technique (personnage, groupe, espace scénique)

9. Connards, amoureux, hippies et hommes politiques (Joe Bill) –Workshop en anglais traduit

A new look at archetypes and scenes and histories. What happened if Del Close and Keith ?Johnstone had a baby.

Les connards, les amoureux, les hippies et les hommes politiques: Un nouveau regard sur les archétypes, scènes et histoires. Que se passerait-il si Del Close et Keith Johnstone faisaient un bébé ?

10. Jouer avec le choeur (Patrick Spadrille)

Comment s’exprimer dans une scène improvisée quand on est un grand groupe ? Comment éviter de parler tous en même temps et la confusion qui s’en suit ? Comment faire du groupe une force plutôt qu’une contrainte ? Dans ce stage nous allons essayer d’approcher les techniques d’écoute propres au travail du choeur. Un travail qui demande à la fois humilité et exigence. Le groupe ne sera pas considéré comme une somme d’individus mais bien comme une entité à part entière qui a sa vie propre et qui permet de s’exprimer autrement, notamment par les images de groupe. Nous allons explorer certaines conventions théâtrales qui vont nous sortir du pure réalisme pour « dire » autrement.

11. Travail de l’espace scénique (Jeanne Chartier)

Ou encore “développer le metteur en scène que je suis”. Et oui ! Un improvisateur est comédien auteur et….metteur en scène de ses propres “pièces”. Trop nombreux sont ceux qui mettent de coté cette carte artistique essentiel pour accompagner leurs histoires. Quand on regarde un spectacle écrit la place de la mise en scène et/ou du décors est très importante. Pourquoi ne la serait elle pas dans l’improvisation ? Comment occuper l’espace scénique sans décors ni travail en amont du texte …que nous ne connaissons pas car il n’existe pas encore ? Comment créer et faire vivre un décors imaginaire que je peux utiliser ? Les outils de mise en scène peuvent-ils être moteur de nouveau éléments dans mon histoire ou dans mes personnages ? La rigueur dans la précision sera notre arme. Ensuite nous laisserons les images nous raconter ce que nous n’aurons plus besoin de dire. Un atelier pour débutant ou confirmé car c’est un outil très riche et qui permet de donner du fond et de la forme.

12. Oser faire des choix forts et spécifiques (Odile Cantero)

Ton nom, l’étage de ton appartement, le nom de ton chien ou encore ton repas de midi…ces détails sont bien plus précieux qu’on en le croit. Concentrons-nous sur ces petites choses et transformons les en grandes inspirations pour la construction de nos scènes et de nos personnages. Attelons-nous à les creuser le plus possible ! Utilisons et ré-utilisons tout ce que nous pouvons. Les techniques et les exercices utilisées dans ce stage viennent directement de l’école d’improvisation iO de Chicago, dans laquelle j’ai eu la chance de passer tout un été en 2016.

Compétences: Précision, Prise de décisions, Ëcoute, Construction, Trouver le jeu de la scène.

13. Le jeu d’acteur pur, la justesse du comédien (Marion Billy)

Le jeu d’acteur pur. La justesse du comédien. Jouer bien, jouer juste, être crédible dans l’incarnation, la voix, le texte produit par nous-mêmes en direct n’est pas toujours évident et pourtant toujours nécessaire pour que le public et nos partenaires de jeu passent une belle soirée, et nous-mêmes par la même occasion. Il est parfois délicat d’avoir du recul sur ce que nous produisons sur scène, de savoir où on en est, de se rassurer, de continuer à s’amuser et de trouver des gens pour nous aiguiller car ils sont souvent sur scène avec nous. Mon oeil aiguigent (aiguisé – exigent) et bienveillant , se posera sur votre jeu d’acteur (sincérité- diction- posture….), pour le meilleur et puis pour rire parceque dans la bonne humeur et la légèreté c’est mieux. Enfin je préfère et c’est mon stage. Les retours seront très individuels, et nous jouerons beaucoup ! À bientôt !

14. Mischief (Mark Jane)

Combien de fois vous a-t-on dit que vous deviez toujours dire « oui » en improvisation ? Et si dire « non » pouvait tout aussi bien faire naître des histoires ? Cet atelier explore l’idée que résister à son partenaire, et utiliser cette résistance, peut générer des histoires et des situations comiques. Il développe également la notion de relation ludique à son partenaire de scène, mettre l’autre en difficulté faisant pleinement partie du jeu ! On explora comment gérer ce qu’on considère d’être les pires situations en impro pour les transformer en outil de créativité.

22. Ecoute le silence (Thierry Bilisko)

Ne plus avoir peur du vide. Nourrir mes émotions par le silence. Travailler sur le regard, l’écoute et le non verbal. Souvent nos improvisations ont tendance à être trop bavarde, parfois même nos personnages parlent pour ne rien dire… Comme si le silence nous faisait peur, comme s’il fallait absolument combler un vide… Et si, en réalité, l’absence de mots était bénéfique au jeu théâtral ? Et si le regard suffisait à être un 1er vecteur de communication entre deux êtres ? Et si le silence nourrissait au contraire les émotions et pouvait nous aider à faire grandir un état avant que la parole ne vienne, seulement dans un second temps ? Au travers de divers exercices (sans parole, avec parole limitée ou temporaire), Thierry Bilisko vous propose de revenir à l’essence même du jeu théâtral, en travaillant sur le regard, l’écoute et le non-verbal.

Corps, instant présent

15. Etre corps (Anaelle Tribout Dubois)

Dans cette approche de l’improvisation, sous toutes ses formes, il est indispensable de commencer par le silence. Puis viendra la rencontre des corps, pour qu’enfin la parole juste jaillisse. Dans une oscillation du corps, entre équilibre et déséquilibre, Anaelle vous accompagne dans l’audace avec exigence. C’est un voyage à travers vos différentes enveloppes corporelles qui mettra en lumière l’essentiel dans vos scènes, donné par votre corps et par votre silence.

Workshop en musique. Training indispensable. Bouteille d’eau de rigueur. L’envie d’incorporer.

Déroulé: Après avoir échauffé nos moteurs de jeu (corps, voix, imaginaire), nous travaillerons au plateau sur une série d’exercices mettant en jeu notre rapport au corps.

Méthode: En abordant le corps comme moteur, nous chercherons à développer notre écoute intérieure.

Outils: Nous travaillerons autour d’exercices empruntés à différentes disciplines artistiques afin de prendre conscience de notre corps (écoute et observation de soi et de ses partenaires), d’ en explorer ses ressources et ses potentialités.

Objectifs: Partir du corps, lâcher prise corporel, dire sans parler, sécouter. Considérer le corps non pas comme un support mais comme un moteur.

Travail sur le corps. Echauffements, points forts, fragilités et expressions par le corps. Comment être en pleine possession de son corps au moment de jouer et développer son jeu physique qu’elle que soit sa morphologie. Prendre conscience du corps comme outil de travail du/ de la comédien/ne.

16. Ninja (Inbal lori) – Workshop en anglais traduit

Focus ! Now Let Go…. Just like life- impro requires contradictory abilities: The ability to be focused, and the ability to let go. To zoom in and zoom out. To find the details and tell the story. To lead ! And still stay surprised. To hurry up, and slow down. These contradictory abilities are simply different ends of the same rope. The rope of focus, storytelling, cooperation, rhythm and more. I invite you to come and explore the balance, the place where you can choose to do what’s needed at the right time. Be a Ninja ! You have inside of you the spectrum of each tool, now use the one most needed.

Concentre-toi ! Maintenant, lâche prise…. Tout comme la vie, l’impro exige des capacités contradictoires: la capacité d’être concentré, et la capacité à lâcher prise. Pour zoomer et dézoomer. Pour trouver les détails et raconter l’histoire. Pour diriger ! Et toujours resté surpris. Pour se hâter puis ralentir. Ces capacités contradictoires sont tout simplement différentes extrémités de la même corde. La corde de ce qui est important, la narration, la coopération, le rythme et plus encore. Je vous invite à venir explorer l’équilibre, l’endroit où vous pouvez choisir de faire ce qui est nécessaire au bon moment. Sois un Ninja ! Vous avez à l’intérieur de vous le spectre de chaque outil, maintenant utilisez les à bon escient.

17. Chuuuut ! (Fred Pont)

Chuut! est un atelier sur l’improvisation sans paroles et en musique.

À travers des exercices influencés par  le jeu du clown, le travail du mime Marceau… je vous propose d’explorer les clés suivantes:

    • Musicalité et tempo: écouter la musique et savoir l’utiliser à bon escient (aimer Beyoncé est un plus!)
    • Utiliser mon corps et celui de mon (mes) partenaires
    • Prendre son temps, accepter et aimer le silence
    • Focus: qu’est ce qui est important
    • Être plus con que la moyenne et autres jeux de clowns
    • Esthétique collective: être juste beau, c’est bien aussi !

18. Mouvement (Ken Sam)

Oublions le langage, mais ne parlons qu’avec le corps. L’atelier “Mouvement” explore les possibilités d’expression du corps en tant qu’acteur, et le panel de possibilités que nous offre l’improvisation théâtrale. S’inspirant des travaux de Nijinski, du Laban Movement et du collectif Orcas de Randy Dixon, “Mouvement” est avant tout un travail sur l’organique.

Teaser officiel 2018

Aftermovie officiel 2018

Albums photos